Le thé est une boisson aromatique préparée par infusion des feuilles du théier. Mais il n’y a pas que cela. Le thé a une histoire millénaire d’exclusivité, de compétition, de combats et de rituels. Aujourd’hui, le thé est une boisson accessible à tous et réserve les meilleures émotions à ceux qui ne sont pas pressés, à ceux qui aiment savourer chaque instant, à ceux qui savent attendre. Comme pour les boissons alcoolisées, j’ajouterais un “avertissement” pour le thé : buvez lentement.

HISTOIRE DU THÉ

Les origines

L La culture du thé est née il y a 5000 ans en Chine et a ensuite atteint le Japon et d’autres parties de l’Asie du Sud-Est. En Europe, cependant, ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIe siècle que l’on commence à parler du thé, et c’est au début du XVIIe siècle que les Hollandais ont commencé les premières importations de thé en provenance de Java (Indonésie) en utilisant les routes portugaises vers l’Est. Pendant ce temps, en Grande-Bretagne, cette nouvelle boisson était encore peu connue, quelque chose que les marins de la Compagnie des Indes orientales avaient probablement ramené chez eux en cadeau. C’est grâce à Catherine de Bragance, grande amatrice de thé, que la nouvelle boisson arrive à la cour anglaise de Charles II et devient immédiatement à la mode, même parmi les classes aisées. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la Compagnie des Indes orientales a commencé à importer du thé de Java.

Contrebande et contrefaçon

Le thé est considéré comme un produit de luxe et, en tant que tel, il est taxé, restant longtemps hors de portée de la classe ouvrière. C’est pourquoi la contrebande est de plus en plus répandue : des millions de tonnes de thé sont importées illégalement. La contrefaçon gagne également du terrain et des feuilles d’autres plantes ou des feuilles de thé déjà utilisées pour l’infusion sont ajoutées aux feuilles de thé et séchées à nouveau. Du fumier de mouton était ajouté pour corriger la couleur. En 1784, la taxe sur le thé a été considérablement réduite : désormais, même les classes ouvrières pouvaient s’offrir cette boisson appréciée, et la contrebande et la contrefaçon n’étaient plus rentables. La taxe sur le thé n’a été abolie qu’en 1964.

Transport maritime et les Clipper Races

À l’époque où la Compagnie des Indes orientales avait le monopole du commerce avec la Chine, il fallait deux ans pour que le thé arrive en Europe. Les navires sont très grands et plutôt lents. Cependant, il n’y a pas de concurrents et il n’y a pas besoin de navires plus rapides que les East Indiamen. Lorsque l’entreprise perd ce privilège et que les concurrents commencent à faire des incursions, il devient nécessaire d’adopter des navires plus rapides afin d’apporter du thé plus frais et ainsi obtenir le prix le plus élevé.

bateau-tea-clipper

Les Américains ont été les premiers à construire des navires rapides pour le thé, le Tea Clipper1, suivis peu après par les Britanniques. D’une simple activité commerciale, le transport du thé se transforme en de véritables régates de l’Asie du Sud-Est à la Grande-Bretagne, connues sous le nom de Clipper Races. La concurrence est féroce : le premier navire à atteindre le port reçoit une surtaxe sur la cargaison transportée.

En 1869, le Canal de Suez a été ouvert et les bateaux à vapeur ont remplacé les clippers, qui ne pouvaient pas traverser le canal.

Les délais d’expédition ont été considérablement réduits et le thé est arrivé beaucoup plus frais sur les côtes européennes.

Le thé : une question “aussi” américaine

Bien que le thé soit considéré comme une boisson typiquement anglaise, son lien avec la naissance des États-Unis d’Amérique est indéniable. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la Grande-Bretagne croule sous les dettes et décide d’introduire de nouveaux impôts dans les colonies, en les justifiant par le fait qu’une grande partie de la dette est due aux guerres menées dans le Nouveau Monde.
boston-tea-party

Suite aux protestations des colons, la Couronne supprime toutes les taxes, sauf celle sur le thé. En réaction, les colons ont commencé à importer du thé provenant de contrebandiers hollandais, boycottant le thé de la Compagnie des Indes orientales même lorsqu’il commençait à coûter moins cher que le thé de contrebande. Ils ne pouvaient pas accepter les taxes de la Couronne sans avoir une représentation adéquate au Parlement. Nous sommes en 1773, lorsque des navires de la Compagnie des Indes orientales chargés de thé tentent d’accoster dans le port de Boston. Dans un premier temps, les colons refusent de décharger les marchandises et de payer les taxes dues, ce qui oblige les navires à partir, mais le gouverneur refuse cette position et leur ordonne de décharger et de payer le thé. Les colons décident de se rebeller et jettent leur cargaison de 342 paniers de thé par-dessus bord pendant la nuit. La Boston Tea Party (nom donné à cet événement historique) envoie un message clair : la guerre d’indépendance américaine est imminente.

CULTURE DU THÉ

Bien qu’il existe 250 espèces dans le genre Camellia, la seule dont on fait des feuilles de thé est le Camellia sinensis. Il s’agit d’un arbuste qui peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut à l’état sauvage. Tous les thés destinés à l’infusion sont produits à partir de deux variétés de Camellia sinensis : Camellia sinensis sinensis et Camellia sinensis assamica (également appelé “Assam”). Le premier est connu sous le nom de thé chinois, le second sous le nom de thé indien.

Les feuilles sont simples, de forme ovale plus ou moins allongée, avec un bord finement dentelé et de couleur vert foncé, mais brillantes. La feuille de la variété chinoise est plus allongée, tandis que celle de la variété Assam est plus grande et plus large. L’épaisseur des feuilles est l’un des éléments qui déterminent la qualité du thé : plus les feuilles sont fines, meilleur est le thé. Les deux petites feuilles du bourgeon apical au bout de la tige sont les meilleures. Le théier produit également des fleurs et des fruits, mais aucune utilisation n’est connue.

Une plante de variété indienne reste productive pendant environ 40 ans, tandis qu’une plante de variété chinoise peut atteindre jusqu’à 100 ans. À haute altitude, les plantes ne produisent de nouvelles feuilles qu’au printemps ; à mesure que l’on descend en altitude, les plantes seront plus productives, produisant de nouvelles feuilles tous les 7-14 jours.

plantation-thé-recolte

Le théier est originaire d’Asie. Bien que de nombreux spécialistes limitent la zone d’origine au sud-ouest de la Chine, tout le monde n’est pas d’accord.

Entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle, la culture du thé s’est répandue en Inde et dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est. En 1835, la région de Darjeeling est annexée à l’Inde, et la culture au Japon et à Ceylan2 se développe, brisant le monopole chinois.

Le Camellia sinensis s’adapte bien aux climats tempérés et secs, aux climats tropicaux arides, mais aussi aux climats plus humides. Les meilleures récoltes se trouvent entre 1000 et 1800 mètres d’altitude : plus vous montez, plus la plante poussera lentement et meilleure sera sa saveur. Toutefois, les techniques agricoles modernes permettent de cultiver le théier dans des zones où il n’était pas présent à l’origine et à des altitudes plus basses. Bien que le théier soit aujourd’hui cultivé sur tous les continents (à l’exception de l’Antarctique), plus d’un tiers du thé est cultivé en Chine et 20 % en Inde et en Afrique. L’Argentine et le Vietnam sont également devenus des producteurs de thé de consommation.

DIFFÉRENCE ENTRE THÉ, TISANE, INFUSION ET DÉCOCTION

La première est simple : le thé est une boisson obtenue par infusion des feuilles de Camellia sinensis. La tisane est obtenue en faisant infuser jusqu’à six plantes médicinales et/ou des morceaux de fruits secs, tandis que l’infusion concerne les fleurs et les feuilles d’une seule plante. Enfin, la décoction se distingue par sa méthode de préparation : les ingrédients à infuser sont ajoutés alors que l’eau est encore bouillante et laissés à bouillir pendant quelques minutes. Les racines et les baies sont généralement utilisées.

feuille-de-thé-camellia-sinensis

RÉCOLTE DE THÉ

Une fois les plants plantés, les premières feuilles peuvent être récoltées au bout de 3 à 5 ans. Afin de faciliter la récolte des feuilles de thé, la plante est taillée en forme de cône inversé, dont la partie supérieure est appelée “tapis de récolte”.
Le théier est une variété pérenne, c’est-à-dire qu’il produit des feuilles tout au long de l’année, mais les nouvelles feuilles du printemps sont celles qui ont l’arôme le plus précieux. Le first flush3 est celui qui est destiné aux marchés les plus exigeants car il s’agit de la récolte du bourgeon apical, composé du bourgeon et de deux petites feuilles. Cette partie de la plante est la plus aromatique et contient le plus de nutriments.

Bien que la récolte du thé soit intensive, elle nécessite une main-d’œuvre importante et le type de feuilles récoltées détermine le type et la qualité du thé. En général, avec la récolte mécanisée, on prend une tige plus longue de la plante, avec des feuilles jeunes et vieilles, pour le marché de masse. Au Japon, cependant, il existe des machines de récolte très précises qui ne compromettent pas la qualité de la récolte. Les thés les plus fins sont récoltés à la main.

PRODUCTION DE THÉ

Après la récolte, les feuilles sont contrôlées et les brindilles et autres corps étrangers sont éliminés. Les étapes de transformation diffèrent selon le type de thé : thé noir, oolong, vert et blanc.

Flétrissement

Tous les types commencent par la phase de flétrissement, où les feuilles sont étalées dans des pièces ventilées naturellement ou artificiellement. Au cours du processus de flétrissage, les feuilles de thé perdent 50 à 80% de leur humidité et deviennent plus souples et plus flexibles. On observe également une concentration de l’arôme et une augmentation de la teneur en caféine4, et en acides aminés. Plus la phase de flétrissement est longue, plus l’arôme est fort.

Roulage

Au cours de la phase de roulage, les feuilles de thé sont pressées, brisées ou roulées à la main ou par des machines. Les feuilles qui ne sont pas brisées mais seulement roulées sont considérées comme étant de meilleure qualité.

séchage-the-production

Fermentation (ou oxydation)

La fermentation est l’étape de transformation qui différencie le thé noir de tous les autres thés. En fait, seul le thé noir est complètement fermenté, tandis que le thé oolong n’est que partiellement fermenté. Le thé vert et le thé blanc, en revanche, sautent cette étape et sont directement séchés. Pendant la fermentation, les feuilles sont étalées sur des cadres ou des grilles métalliques pendant une période allant de 30 minutes à plus de 3 heures. Les feuilles perdent toute l’humidité qui leur reste. Avec une fermentation courte, l’arôme sera piquant ; à mesure que le processus de fermentation s’allonge, l’arôme deviendra plus doux.

Séchage

Le processus de séchage interrompt le processus de fermentation et empêche la formation de moisissures en utilisant la chaleur sur les feuilles. De l’air chaud est soufflé directement sur les feuilles ou des tunnels avec des bandes transporteuses sont utilisés.

Dépistage

Après le séchage, les feuilles sont tamisées à la main ou à la machine, afin de pouvoir les trier en fonction de leur taille. Les qualités les plus précieuses sont généralement tamisées à la main afin d’obtenir des lots aux caractéristiques homogènes.

Emballage

Autrefois, les feuilles de thé étaient expédiées dans des boîtes en bois. Aujourd’hui, afin de les protéger des variations de température, de l’humidité et de la lumière, ils sont emballés dans de l’aluminium plastifié et placés dans des boîtes en carton multicouches.

LE THÉ EST-IL UN PRODUIT DURABLE ?

Le théier est actuellement cultivé dans plus de 60 pays et constitue un moyen de subsistance pour 13 millions de personnes. Il est clair que l’industrie du thé a un impact mondial et, bien que l’accent soit mis de plus en plus sur la durabilité environnementale, économique et sociale tout au long de la chaîne d’approvisionnement, la route est loin d’être descendante. Cela a donné lieu à un certain nombre de projets, tels que Tea 2030, promu par Forum For The Future. Il s’agit d’une organisation internationale à but non lucratif qui travaille avec des entreprises, des institutions et la société civile pour “réinventer le monde” et le rendre plus durable.
racolte-de-the
La FAO a également commenté ce site, appelant à de nouvelles réglementations, à plus d’investissements et d’innovations, à plus d’inclusion et de transparence tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Plus de 60% de la production provient de petits producteurs. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’industrie du thé peut contribuer à la réalisation de certains des objectifs de développement durable du programme 2030 : réduction de la pauvreté, lutte contre la faim, égalité des sexes et autodétermination des femmes, utilisation durable des écosystèmes de la planète. Mais dans le même temps, le changement climatique menace la culture du thé : des inondations alternant avec des périodes de grande sécheresse mettent la culture du thé à rude épreuve, entraînant une volatilité des prix, qui se répercute ensuite sur toute la chaîne de production et de distribution, jusqu’au consommateur. Il est évident qu’il est nécessaire de trouver des solutions pour s’adapter au changement climatique, atténuer ses effets négatifs et trouver des solutions innovantes pour aider les communautés locales et rendre la chaîne d’approvisionnement de plus en plus durable.
types-de-the-vert-blanche

TYPES DE THÉ

Les 4 principaux types de thé sont le thé noir, le thé oolong, le thé vert et le thé blanc. Ce qui les différencie, ce sont les différentes étapes de transformation, qui déterminent leurs caractéristiques. Il existe également d’autres types de thé obtenus par un traitement spécial ou par l’ajout d’autres ingrédients.

Thé noir

Le thé noir est un thé fermenté au goût fort et corsé, dont la couleur varie du jaune-orange au noir rougeâtre. Parmi les types de thé noir les plus connus figurent le Darjeeling et l’Assam. La plupart des thés noirs sont cultivés en Inde et au Sri Lanka, où sont produits aussi bien des thés fins que des thés de grande consommation. En Afrique et au Vietnam, seul le thé noir est produit pour la consommation de masse et la restauration. C’est le thé à la couleur et au goût les plus intenses et il est souvent bu avec du lait, surtout les variétés Assam.

Thé oolong

Le oolong est un type de thé partiellement fermenté. L’arôme est plus proche de celui du thé noir si la fermentation est longue, et plus proche de celui du thé vert si elle est courte. Le oolong est également le thé dont le processus de production est le plus complexe, impliquant le flétrissage, la fermentation (partielle et plus ou moins longue), le broyage des feuilles et différentes étapes de séchage. La production est limitée et concentrée en Chine et à Taïwan. Il a un arôme plus léger que le thé noir, mais un goût plus complexe que le thé vert.

thé-types

Thé vert

Le thé vert est un thé non fermenté et contient donc une plus grande quantité d’antioxydants que le thé noir. Les types de thé vert les plus connus sont le sencha et le thé au jasmin, qui sont à base de thé vert. La Chine et le Japon sont les plus grands producteurs de thé vert, suivis par d’autres pays d’Asie du Sud-Est. L’arôme est herbacé, frais ; il devient amer ou acide s’il est infusé dans de l’eau trop chaude.

Thé blanc

Le thé blanc est un thé non fermenté et seul le bourgeon sommital avec les deux feuilles est utilisé pour le produire. C’est un type plus récent que les thés noirs et verts classiques et la Chine en est le plus grand producteur. Les variétés les plus populaires sont le White Peony et le Silver Needles. Il a une saveur fraîche et délicate et une couleur jaune tendre.

Thé pu-erh

Ce type de thé est originaire du Yunnan, en Chine. Le pu-erh est un thé rare qui est transformé en blocs circulaires et vieilli pendant plusieurs années. Ce processus de vieillissement lui confère son arôme caractéristique de terre humide, avec des notes de bois et de musc. Comme pour tout produit rare et recherché, les contrefaçons ne manquent pas, et il est nécessaire de s’en remettre aux détaillants spécialisés pour s’assurer que vous achetez du pu-erh authentique. C’est un thé qui combine la fraîcheur du thé vert avec des notes de malt, de chocolat et de café.

Thé matcha

Le thé matcha est un type de thé produit au Japon à partir de variétés sélectionnées. Les plantes sont recouvertes de filets d’ombrage quelques semaines avant la récolte, ce qui permet à la plante de terminer son cycle de croissance à l’ombre et d’augmenter la production de tanins, de caféine, de chlorophylle, de vitamine C et d’acides aminés. Les feuilles récoltées sont ensuite séchées et broyées en une fine poudre. Il s’agit d’une boisson d’un vert éclatant avec un goût distinct de thé vert.

mélanges-thés-aromatisés-parfumés

Mélanges, thés aromatisés, thés parfumés, thés fumés

Comme pour le café, il existe des thés d’origine unique et des thés mélangés. Si les thés d’origine unique sont recherchés pour leurs caractéristiques reconnaissables, les mélanges sont les plus courants. Créer un mélange signifie sélectionner des thés provenant de différentes plantations et de différents pays afin de créer un thé à l’arôme équilibré. Parmi les mélanges les plus populaires figurent le breakfast et afternoon.

Très populaires, les thés aromatisés impliquent un mélange auquel sont ajoutées des substances aromatiques telles que des fruits, des herbes ou des épices, bien que les arômes artificiels soient souvent utilisés. Un exemple de thé aromatisé est l’Earl Grey, un mélange de thé noir aromatisé à la bergamote. Le Chai est également un thé aromatisé, typique de l’Inde, à base de thé noir auquel on ajoute des épices comme le poivre, la cannelle, les clous de girofle, mais aussi du sucre, du curcuma et du gingembre. On y ajoute parfois du lait, des boissons végétales ou du miel.

Les thés parfumés se distinguent des aromatisés par l’utilisation de fleurs. Les fleurs sont mises en contact avec les feuilles de Camellia sinensis pendant plusieurs heures afin que celles-ci puissent capter les huiles essentielles libérées par les fleurs. La Chine a inventé le thé parfumé par excellence, le thé au jasmin, mais il existe aussi des thés parfumés à la rose, au magnolia, à l’osmanthus etc.

UNE DÉGUSTATION DE QUALITÉ

Le thé fumé est fabriqué à partir de feuilles récoltées sous le bourgeon d’apex, selon le même procédé que pour le thé noir, avec la variation finale du fumage. Le thé fumé le plus connu est le Lapsang Souchong, le terme souchong faisant référence aux feuilles à partir desquelles il est fabriqué. Dans ce cas, ce n’est pas le type de feuilles qui fait la valeur de ce thé, mais le processus de fumage. C’est un thé qui peut également être consommé pendant les repas en association avec des aliments savoureux et fumés. Il peut être consommé pur ou une petite quantité peut être ajoutée à d’autres thés pour atténuer le goût fumé et créer des mélanges à l’arôme raffiné.

Thé décaféiné

Le thé décaféiné subit des traitements qui réduisent la teneur en caféine d’au moins 97 %. La détéinisation peut être réalisée au moyen de dioxyde de carbone liquide (extraction avec des fluides supercritiques), d’acétate d’éthyle ou de dichlorométhane. La méthode du dioxyde de carbone préserve davantage de polyphénols. En tout état de cause, les procédés n’utilisent pas de substances potentiellement dangereuses pour la santé et les limites de résidus autorisées pour le dichlorométhane sont très faibles.

LES BIENFAITS DU THÉ

De nombreuses recherches ont été menées sur les bienfaits du thé. En plus d’être une boisson sans calorie, de plus en plus d’études confirment ses propriétés préventives contre les maladies cardiovasculaires et l’obésité ; elle contribue à réduire le cholestérol et la formation de la plaque dentaire et des caries. En outre, les antioxydants contenus dans le thé vert contribuent à ralentir le vieillissement cellulaire. Le thé est déconseillé aux personnes souffrant de gastrite et, à doses excessives, il peut provoquer nervosité et insomnie (tout comme le café, qui contient de la caféine).
preparation-the-japonais
comment-preparer-thé-chinois
ceremonie-thè-marocain
ceremonie-the-japonais

COMMENT PRÉPARER LE THÉ

Pour profiter pleinement d’une tasse de thé, il y a quelques éléments à prendre en compte et quelques bonnes pratiques à suivre concernant la température de l’eau, les temps et méthodes d’infusion, et les ajouts.

La température de l’eau

La température de l’eau varie en fonction du type de thé. Une température de 90 à 100°C est recommandée pour les thés noirs, tandis que les thés oolong peuvent descendre jusqu’à 82 à 85°C s’ils ne sont pas très fermentés. Certains types de thé vert acquièrent un goût amer s’ils sont infusés dans une eau trop chaude. La température idéale est donc de 71 à 85°C. Le thé blanc, en revanche, ne court pas ce risque et la température idéale d’infusion est de 85-93°C.
L’eau est versée sur les feuilles de thé ou le sachet de thé afin que tous les arômes soient libérés.

Le temps d’infusion

Celle-ci est une étape très importante qui peut déterminer une bonne ou une mauvaise tasse de thé. Un thé infusé trop peu de temps sera fade et sans goût, tandis qu’un thé infusé trop longtemps sera amer ou aigre. En général, le thé vert nécessite une infusion courte, jusqu’à 3 minutes, tandis que le thé blanc peut être infusé jusqu’à 6 minutes, tout comme le thé noir et le thé oolong. Ce qui permet une meilleure infusion est l’expansion des feuilles. C’est pourquoi le thé en vrac est le plus populaire parmi les connaisseurs : les feuilles ne sont pas placées dans des filtres, mais laissées libres d’infuser et ensuite filtrées. Le fait de remuer doucement les feuilles semble également améliorer le goût final, mais les traditionalistes ne sont pas d’accord avec cette théorie.

Pure ou avec du lait, du sucre, du citron ?

La question se pose souvent de savoir s’il est préférable de boire le thé tel quel ou si l’on peut y ajouter du sucre, du lait, du citron ou d’autres édulcorants sans être taxé d’hérétique. Il n’y a pas de réponse unique, mais gardez à l’esprit qu’à l’origine, l’ajout de lait, de sucre et de citron visait à masquer les défauts du thé, et non à en améliorer le goût. Cela dit, il existe quelques bonnes pratiques que vous pouvez suivre.

Le thé noir se prête à l’ajout de lait, de crème ou de citron, en particulier les mélanges pour le breakfast. C’est à vous de décider s’il est préférable d’ajouter du lait au thé ou du thé au lait : les experts ne sont pas encore d’accord. Les thés Darjeeling et Oolong sont à éviter. À moins que vous ne prépariez un thé chai, laissez le sucre aux amateurs de thé glacé, le thé sucré par excellence. Quant au miel, il altère généralement le goût, tout comme le citron, qui modifie également la couleur.

SERVICE A THÉ POUR LES DES VRAI PROFESSIONNELS

LA CÉRÉMONIE DU THÉ EN CHINE

Dans les temps anciens, la cérémonie du thé comportait d’innombrables étapes et chaque type de thé nécessitait une préparation ad hoc. À mesure que le thé s’est répandu dans toutes les couches de la population, la cérémonie du thé est devenue moins prétentieuse et complexe. Une méthode assez courante aujourd’hui est le Gongfu Cha. Pour appliquer cette méthode d’infusion, il existe un set spécial, composé d’une théière et de tasses en faïence, d’un petit plateau en bois appelé “bateau”, d’une pagaie et d’une pince en bois. Le plateau en bois sert à recueillir les gouttes d’eau afin qu’elles ne mouillent pas la surface où le thé est servi.

ceremonie-thé-chinoise

La cérémonie du thé selon la méthode Gongfu Cha est particulièrement adaptée aux thés oolong fortement fermentés et implique une série d’infusions. La première infusion sert à “rincer les feuilles” et n’est pas servie ; le thé est bu à partir de la deuxième infusion. Il est recommandé de prendre jusqu’à six infusions ou jusqu’à épuisement des feuilles, c’est-à-dire jusqu’à ce que l’on n’obtienne plus une bonne infusion. L’arôme et le goût du thé changent à chaque infusion, entraînant le dégustateur dans un voyage de découverte.

Une autre méthode chinoise pour la cérémonie du thé est la méthode du Gaiwan. Un bol, le gaiwan, dont la surface intérieure est en céramique, est utilisé pour la préparation. Ce matériau retient moins la chaleur que la faïence et convient donc aux thés verts, aux thés blancs et aux thés oolong légèrement fermentés. La terre cuite est un excellent conducteur de chaleur, c’est pourquoi la théière utilisée pour la méthode Gongfu Cha est en terre cuite : les thés oolong nécessitent une température d’eau plus élevée que les thés verts ou blancs. La méthode du Gaiwan implique également plusieurs infusions, et pour certains thés, cela peut aller jusqu’à dix. Pour les deux méthodes, la théière ou le gaiwan est généralement chauffé à l’eau chaude avant que le thé ne soit infusé.

LE RITUEL DU THÉ AU JAPON

Cha No Yu – littéralement “eau chaude pour le thé” – désigne la cérémonie du thé au Japon.
Au Japon, on boit principalement du thé vert et la méthode de préparation implique l’utilisation de théières en fonte avec l’intérieur émaillé. La fonte est un excellent conducteur de chaleur, c’est pourquoi il est conseillé de verser les thés les plus délicats dans un pichet après l’infusion, pour éviter qu’ils ne soient trop tachés et amers. Il y a aussi le kyusu, une théière japonaise typique en porcelaine ou en verre, avec une poignée, utilisée pour les thés de qualité supérieure. Habituellement, pour les thés les plus courants – comme le bancha – on ne fait qu’une seule infusion, tandis que pour les thés plus précieux – comme le sencha – on peut faire jusqu’à trois infusions.
Le thé matcha est préparé selon une méthode différente de tous les autres thés. Comme il s’agit d’une poudre très fine, elle est dissoute dans l’eau à l’aide d’un petit fouet en bambou, le chasen. Cet outil permet de dissoudre la poudre et de produire la mousse typique du thé matcha. Pour obtenir la bonne consistance et éviter de gâcher le chasen, vous devez fouetter l’outil à la surface de l’eau, sans toucher les bords et le fond du bol.

thé-matcha-chasen

L’HEURE DU THÉ EN GRANDE-BRETAGNE

Toute heure de la journée est propice à la dégustation d’une tasse de thé, mais c’est après 12 heures que le thé devient plus qu’une simple boisson pour les Britanniques. Le afternoon tea est servi entre midi et 16 heures et comprend des petits sandwichs, des scones, des gâteaux et des pâtisseries, disposés de préférence dans cet ordre, de bas en haut, sur un présentoir à gâteaux à trois étages. Le cream tea, originaire des Cornouailles et du Devon, se compose uniquement de scones pour accompagner le thé, de petits sandwichs au goût neutre que l’on mange cassés en deux et tartinés de clotted crème et de confiture de fraises. Faut-il étaler la crème ou la confiture en premier ? Une dispute éternelle. En Cornouailles, la confiture doit être étalée en premier et ensuite la crème, tandis que dans le Devon, on met la crème en premier. Comme pour le lait, c’est votre choix.

Le high tea, en revanche, est un vrai repas. Il est servi entre 17h et 19h et comprend des plats de viande, de poisson ou d’œufs. Le nom de haut est dû au fait qu’il était consommé par les domestiques et la classe ouvrière à la fin de la journée de travail et, étant un vrai repas, était mangé à table et non sur une table à thé devant la cheminée.

british-afternoon-tea-scones

Grands buveurs de thé, les Anglais ont aussi leur propre méthode de préparation. Pour préparer du thé noir à l’anglaise, il faut une théière (céramique, verre, acier), des tasses à thé, une balance, une passoire ou un infuseur. Commencez par verser de l’eau bouillante dans la théière pour la réchauffer, ce qui garantira une meilleure infusion car l’eau ne baissera pas de température au contact de la théière froide. Une cuillère à café de feuilles de thé par tasse est placée dans la théière chauffée et l’eau est versée directement sur les feuilles. Laissez infuser pendant environ 4 minutes, en remuant doucement une ou deux fois. Enfin, versez le thé dans les tasses, en utilisant une passoire pour filtrer les feuilles. On peut aussi placer les feuilles dans un infuseur dans la théière, en évitant la passoire.

CONSEILS DE LECTURE POUR UNE LECTURE PLUS APPROFONDIE

Peu importe que vous aimiez le thé noir ou le thé vert, que vous le buviez seul ou que vous l’appréciiez avec des gâteaux et des biscuits, que vous versiez d’abord le lait et ensuite le thé ou vice versa. Ce qui compte vraiment, ce sont les sentiments et les émotions que chaque tasse de thé transmet.

Et n’oubliez pas : buvez lentement.

types-de-thé-noir-the-vert

1 Le nom Tea Clipper vient du fait qu’ils semblaient être si rapides qu’ils écourtaient les kilomètres, en anglais to clip off the miles. 2 Le Sri Lanka d’aujourd’hui. 3 Flush è le terme utilisé pour identifier la récolte. 4 Il est exact de dire que le thé contient de la caféine, car la caféine et la théine sont des composés organiques identiques. Il est produit par la plante pour se protéger des parasites et des insectes.

© PHOTO CRÉDITS

Les photos de cet article sont de stock.

Alberta Zappalorto

Alberta Zappalorto

Contributor

Née en 1991, aspirante rédactrice, passionnée par la nourriture et les chevaux. Pour moi, écrire sur la nourriture signifie écrire sur l'histoire, les gens, la culture, parce que la nourriture n'est pas seulement un aliment pour le corps. C'est la passion, le travail, l'erreur, la célébration. La nourriture du futur ? Ce sera celle qui préservera son identité culturelle tout en combinant durabilité environnementale, sociale et économique.